S’agit-il également de se réconcilier avec son corps ?

En jouant sur tous les registres corporels (perception, solidité, sensualité) le massage ouvre un chemin d’estime de soi et d’accès au bien-être.

La démarche qui conduit une personne à venir vers un masseur bien-être passe en premier lieu par un rapport à son propre corps. Il faut accepter d’être touché, et ce beaucoup plus que par tout autre praticien (ostéo, kiné…) dont le toucher est uniquement fonctionnel. Pour s’engager dans cette démarche, il est donc nécessaire d’avoir fait soi-même un certain chemin quant au rapport à son corps.

Ce chemin se prolonge dans le massage. Pour certaines personnes, le fait même d’avoir franchi le pas (de se faire masser) constitue une petite victoire sur elles-mêmes qui procède déjà d’une modification dans l’acceptation de son corps et dans la valorisation de son image : image de soi-même, pour soi-même, et image de soi-même vis-à-vis des autres (« tu vois, je me fais masser [j’ose]… moi ! »).

Ceci posé, le bénéfice réside surtout dans le massage lui-même qui, plus particulièrement pour un massage corps entier, va conduire à renforcer l’image corporelle globale : à la fois la perception de l’unité du corps, puisque les gestes du masseur vont de la tête aux pieds, et également la perception de la « solidité » du corps car le massage va aller mobiliser les muscles enfouis sous la carapace (ou la couche adipeuse). Cette prise de conscience permet de reconstruire une image de soi qui met en avant la part de solidité sur laquelle asseoir une démarche de valorisation et de renforcement.

À partir de là s’ouvrent toutes les portes d’un travail sur le rapport corps/esprit, dans la veine de la psychomotricité.

Le massage envoie également un message sensitif, voire sensuel, qui peut s’avérer une découverte ou, le plus souvent, une reconquête, une ré-autorisation, de l’acceptation de soi-même comme « être sensuel ». Avec pour immense avantage que cette reconquête ne provient ni de soi-même ni d’un autre qu’il faudrait gérer. Le masseur est là pour cela : son geste a ceci de particulier qu’il peut être reçu avec sensualité tout en demeurant neutre. Une situation très confortable pour le recevant, qui peut ainsi s’autoriser une réappropriation sans risque et sans engagement.

© jemefaismasser.fr

Source

Par  Joel DEMASSON/ paru sur © jemefaismasser.fr 

5/5
4 1 voter
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments