Le massage bébé en France

Quand on prend conscience que le toucher est le premier sens qui se développe in utero et le dernier qui s’éteigne avant notre mort.

Le massage bébé en France

Quand on prend conscience que le toucher est le premier sens qui se développe in utero et le dernier qui s’éteigne avant notre mort, que la peau est notre plus grand organe et la première connexion de l’être humain avec son environnement, on peut imaginer l’importance du contact corporel pour le nouveau-né. Dans son livre La Peau et le Toucher, un premier langage, l’anthropologue Ashley Montagu affirme ainsi que « les humains ne peuvent survivre sans le toucher, c’est un besoin fondamental ». Le massage-bien-être bébé est l’art d’utiliser le 

 toucher nourrissant afin de communiquer avec son enfant, pour lui montrer qu’il est aimé, accueilli et respecté. Le programme qui est enseigné en France a été créé par Vimala McClure, professeur de yoga aux États-unis. Lors d’un voyage en Inde en 1973, elle a découvert que les mamans indiennes massent chaque jour leur bébé. Elle fut émerveillée de constater le bien-être, la sérénité et la joie de vivre que dégageaient les petits enfants, et ce malgré les conditions sociales et économiques difficiles de leur pays. En 1976, en massant son bébé, Vimala a pu découvrir le bien- être ressenti tant par elle que par son petit. Cette découverte, jumelée à son séjour en Inde, a été sa motivation principale pour partager la pratique du massage pour bébé. Elle a mené des recherches et réuni des connaissances dans le domaine du massage suédois, du yoga et de la réflexologie. Elle a relié ces connaissances avec son expérience du massage indien pour créer une technique simple et complète ainsi qu’un programme d’application et d’enseignement adapté à notre mode de vie occidental.

Pour diffuser son programme dans le monde entier, elle a créé l’International Association of Infant Massage (IAIM) en 1981. Aujourd’hui, il est diffusé dans plus de quarante pays. En France, c’est en 2000 qu’a été créée l’Association française du massage pour bébé (AFMB), affiliée à l’IAIM. Elle a formé à ce jour plus de 1 300 instructeurs.

Les cours se déroulent sur cinq séances (individuelles ou collectives). Chaque séance, les parents apprennent à masser une partie du corps de leur bébé. Les ateliers se déroulent de manière conviviale et la dernière séance se termine souvent par un chaleureux goûter. Ces cours sont aussi l’occasion d’échanger entre parents. Les grands frères et grandes sœurs sont conviés et peuvent même s’essayer au massage pour bébé sur des poupons. Le massage pour bébé se pratique au sol sur des enfants de zéro à un an. L’instructrice montre les mouvements sur un poupon conçu spécialement pour le massage et les parents les reproduisent en même temps sur leur enfant. Tout cela dans une atmosphère douce, dans une pièce bien chauffée et sur fond de musique relaxante.

Une séance type

La séance commence par l’accueil et l’installation des parents et de leur bébé. Le groupe s’installe en cercle, au sol sur des tapis et des coussins confortables.

Puis on déshabille les bébés ; l’instructrice explique et montre le mouvement sur son poupon et les parents massent leurs enfants en même temps. Si pendant la séance un bébé doit être changé, doit téter ou s’il pleure, les parents peuvent faire une pause. Le rythme des enfants est toujours respecté.

Les bienfaits du massage pour bébé : 

Le lien affectif

Le toucher est la première forme de communication qui se développe chez un bébé. Physiquement, l’effet du massage sur les humains peut se comparer à celui du léchage chez les animaux. Ces derniers lèchent leurs nouveau-nés et entretiennent avec eux un contact étroit. Ce toucher est source d’apaisement, rassure le bébé et permet aux parents de renforcer le lien affectif avec leur bébé, mais aussi, parfois, de le créer. En effet, l’accouchement est une épreuve et l’instinct maternel n’est pas toujours spontané. Parfois le lien entre la mère et son enfant ne se fait pas naturellement. Le massage est alors un excellent vecteur.

Les papas, qui n’ont pas porté le bébé dans leur ventre, trouvent eux aussi dans le massage l’occasion de renforcer ce lien affectif.

La stimulation

Le contact et le toucher améliorent le fonctionnement de pratiquement tous les systèmes (respiratoire, digestif, circulatoire, rénal, nerveux et endocrinien).

Masser son bébé permet donc de le stimuler, de l’aider à prendre conscience de son corps et à le distinguer en douceur de celui de sa mère. Le massage est ainsi beaucoup pratiqué sur les bébés prématurés.

La détente

Le massage déclenche une libération d’ocytocine, l’« hormone de l’amour », qui abaisse le taux d’hormone du stress et favorise donc la détente. Le massage est aussi un toucher nourrissant. Tiffany Field le confirme en ces termes : « Nos recherches suggèrent que pour les bébés et les enfants, être touché est aussi important que dormir et être nourri. » Le massage favorise d’ailleurs le sommeil des bébés.

Soulager les petits maux

Masser son bébé permet de prévenir et de soulager ses petits maux, le plus connu étant les coliques du nourrisson. L’instructrice en massage pour bébé transmet d’ailleurs aux parents un protocole de massage anticolique. Les congestions nasales peuvent elles aussi être soulagées grâce à un massage des sinus.

Pour conclure poétiquement cet article, nous proposons un extrait du célèbre ouvrage Shantala de Frédérick Leboyer, qui a largement contribué à faire connaître le massage pour bébé :

« Nourrir l’enfant ? Oui, Mais pas seulement de lait. Il faut le prendre dans les bras. Il faut le caresser, le bercer. Et le masser. »

Pour aller plus loin :

  • Le Massage des bébés de Vimala McClure – Editions Seuil
    Shantala. Un art traditionnel, le massage des enfants, de

Frédérick Leboyer – Editions Tchou
Site internet AFMB : www.massage-bebe.asso.fr

 

Source

Par  Delphine MOREL et Claire TEDESCHI/ paru dans La Massagère / Numéro 18 / 2014.