Les massages ayurvédiques

Les massages indiens traditionnels, plus connus sous le terme générique de « Massages Ayurvédiques » regroupent de nombreux protocoles transmis oralement de génération en génération.

Les massages ayurvédiques, issus de la civilisation de la vallée de l’Indus, bénéficient depuis plus de 6000 ans de l’aura des plus anciens textes de la littérature indienne, les Védas et les Upanishads. Ce vaste ensemble d’Ecritures alimentent de nombreuses lignées, écoles, auxquelles elles servent encore aujourd’hui de référentiels en vue d’incarner l’un des postulats fondamentaux de cette science, philosophie et sagesse : l’expérimentation, au travers du corps, des mouvements naturels de la vie.

Les légendes, les mythes, la littérature sacrée des brahmanes, les observations et expérimentations familiales ont nourri son évolution jusqu’à ce jour. L’Ayurvéda est connu en occident pour sa médecine, mais il serait réducteur de la considérer uniquement sous ce seul angle. Les massages ayurvédiques font écho à une sémantique qui dépasse la dimension humaine. Ils sont l’expression corporelle de l’Inde au même titre que la méditation ou le yoga. La raison d’être des massages ayurvédiques depuis des millénaires est de soutenir le processus d’unification « corps-esprit », de favoriser le passage d’un mieux-être à un bien-être. Les massages ayurvédiques sont fondés sur la théorie des cinq éléments : Ether, Air, Feu, Eau et Terre. Ces cinq éléments font lien avec la matière, constituent et structurent toutes formes animées de vie. Au coeur des concepts énergétiques, ils englobent des savoirs plus vastes, physiologiques et psychologiques. Ces cinq éléments sont à la base de la constitution des doshas Vata, Pitta et Kapha. Appelés « humeurs », ces doshas sont à rapprocher des composants de la nature humaine selon Hippocrate et renforcent le fait que chaque être est unique, spécifique. 

C’est ainsi que chaque massage ayurvédique aura une influence sur un à cinq éléments contribuant à retrouver, ou à maintenir, l’équilibre global de la personne. Cette spécificité va se retrouver jusque dans la gestuelle en incarnant des mouvements de feu ou de terre. Ainsi, un massage ayurvédique de bien-être aura tendance à diminuer la portée de l’élément air, feu, eau ou terre selon où en est la personne ici et maintenant. La pratique des massages ayurvédiques requiert un long apprentissage de la technique, un travail personnel de connaissance de soi et un profond respect, pour le client comme pour ces protocoles traditionnels riches et profonds.

Source

Par  Marie DENIS / paru dans La Massagère / Numéro 6 / 2010.