Le do-in

Le DO-IN est une pratique basée sur la préparation aux arts de la médecine traditionnelle chinoise. Elle est très pratiquée au Japon où elle fait d’ailleurs partie des arts martiaux. En japonais, DO signifie« la voie » et IN « l’énergie » et, à un second niveau de langage, « l’étirement » : le DO-IN est la voie de l’énergie et de l’étirement.
Fondé sur les principes du tao – l’équilibre universel –, le do-in est une technique d’automassage qui repose sur la stimulation des grandes fonctions du corps (respiration, circulation, digestion) par le biais des points d’acupuncture de la médecine traditionnelle chinoise. Il vise ainsi à rééquilibrer l’énergie du corps.

Cette technique s’adresse à tous, des plus jeunes aux plus anciens, à ceux qui somnolent comme aux hyperactifs, pour réguler leur potentiel énergétique.

Le mieux est de le pratiquer à jeun, au saut du lit, pour se préparer à la journée qui commence ; c’est la tradition japonaise du rituel familial. Mais il est également possible de le pratiquer à tout moment de la journée.

Le do-in demande d’être à la fois détendu (comme quand on se fait masser) et actif (comme le masseur). C’est ce qui s’appelle la relaxation active.

La respiration est un élément fondamental de la pratique. Elle se fait par le nez, ce qui permet de freiner le souffle et de favoriser l’apaisement général.

Le do-in se pratique en position de seiza, ou position du diamant, à genoux, assis sur ses talons, les deux gros orteils en contact. C’est la posture idéale car elle fait pression, pendant le massage du haut du corps, sur les méridiens qui passent dans les jambes. Ce n’est pas une position habituelle pour nous, Occidentaux. Ainsi, dès qu’une sensation d’inconfort apparaît, il faut soulager ces zones avec des coussins ou carrément changer de position : quand la posture devient inconfortable, la respiration devient irrégulière et saccadée, des tensions parasites de défense apparaissent et nuisent à la détente.

Une fois bien installé, le premier geste consiste à rassembler son énergie en se frottant les mains au-dessus de la tête. Quand une sensation de chaleur apparaît, les mains descendent devant le corps et se relient devant le centre d’énergie vitale, le hara. Trois longues respirations accompagnent alors ce rassemblement.

Différents gestes seront utilisés pour équilibrer l’énergie de l’ensemble du corps : frottements avec la paume de la main, tapotements avec le poing fermé, pressions du bout des doigts, manœuvres d’étirement et d’assouplissement, adaptés à la partie du corps concerné.

massage main - article France massage - do-in
Do-in - article - France massage

L’enchaînement débute par la tête puis descend le long du corps. Lorsque les mouvements s’adressent aux membres supérieurs et inférieurs, il faut équilibrer le corps petit à petit. Pour la recherche de dynamisme, les mouvements débutent par la main gauche puis la main droite.

S’ensuivent le bras gauche puis le bras droit. Si l’objectif recherché est l’apaisement, les gestes commenceront par le côté droit, en relation avec les flux d’énergies yin et yang. Au début, si la notion d’énergie est floue, il est recommandé de faire des pauses entre chaque partie du corps massée pour prendre conscience de son ressenti. De la chaleur, des vibrations, des picotements : c’est la voie de l’énergie !

La pratique se termine par le salut au soleil en plaçant ses deux mains à plat au sol devant soi, les index et les pouces forment un losange. Sur l’expiration, on vient poser son front au sol dans le losange formé par ses mains et on laisse place à de profondes expirations.

La pratique du do-in aide à prendre conscience de son corps et de son schéma corporel. Se masser est aussi un chemin vers soi. Cela permet de se rendre compte du pouvoir que nous avons sur notre bien-être.

Le do-in favorise également la relation entre geste et santé. Certains mouvements peuvent apporter une sensation de confort instantané. Cette technique d’automassage permet au corps de se nettoyer. Ainsi, pratiquée régulièrement, elle favorise la circulation harmonieuse de l’énergie. Elle aide aussi les personnes qui travaillent dans les métiers de relation humaine à gérer leur énergie et leurs émotions.

Pour prendre conscience de ce qui se passe en nous lorsque nous nous massons, il est intéressant de nommer son état émotionnel avant et après la séance. Ainsi, il est plus facile d’intégrer la transformation qui s’est opérée pendant la pratique. Bon automassage à tous !

Source : le guide pratique d’automassage d’Anne-Béatrice Leygues,

Do-in, la voie de l’énergie, Marabout.

Source

Par  Delphine MOREL/ paru dans La Massagère / Numéro 17 / 2014.